Free

Les auteurs passés par Les Mots publient !

Event Information

Share this event

Date and Time

Location

Location

Les Mots

4, Rue Dante

75005 Paris

France

View Map

Event description

Description

Ils sont amoureux des mots.

Ils ont côtoyé Arnaud Delalande, Yannick Haennel, Chloé Delaume, Nicolas Fargues, Denis Gombert, Diane Brasseur, Agnès Michaux, Patrick Raynal, François Meyronnis, Cécile Ducrocq et Noémie de Lapparent, et tant d’autres encore.

Ils sont venus et revenus au 4 rue Dante, écrit des fragments, des pages, des scénarios, parfois juste quelques mots. Pour finalement publier leurs texte aux éditions Flammarion, Albin Michel, Marabout, du Chat Noir, Envolume ou encore Sur le fil.


Le mardi 7 mai prochain à 19h30, nous voulons leur dédier une soirée pour les écouter nous raconter, leur texte évidemment, et leur parcours.

Au programme et en partenariat avec le Cinéma Galande : des lectures d’extraits de leurs textes, une discussion autour de leur expérience de primo-romanciers, et une séance de dédicaces évidemment !

Et en bonus, le visionnage du court métrage de Martin Geisler, Match !


La soirée se déroulera donc en deux temps* :

19h30 : lectures et discussions au cinéma Studio Galande, à deux pas de l'école

21h : cocktail et dédicaces à l'école Les Mots

* Merci de ne réserver une place pour les lectures et discussions au cinéma Galande que si vous êtes certains de pouvoir y être présent car le nombre de places est limité.


Les oeuvres à l'honneur :


Le matin est un tigre, de Constance Joly (aux éditions Flammarion)

Depuis quelques mois, la vie d’Alma se hérisse de piquants. Sa fille souffre d’un mal étrange et s’étiole de jour en jour. Tous les traitements échouent, et les médecins parlent de tumeur. Mais Alma n’y croit pas. Elle a l’intuition qu’un chardon pousse à l’intérieur de la poitrine de son enfant. On a beau lui dire – son mari le premier – que la vie n’est pas un roman de Boris Vian, Alma n’en démord pas. À quelques heures d’une opération périlleuse, son intuition persiste. Il ne faut pas intervenir. C’est autre chose qui peut sauver sa fille… Elle, peut-être ?


Une semaine sur deux (ou presque), de Sabrina Marchese (aux éditions Albin Michel)

Après des années de célibat, de déprime, de nuits à picoler seule, enfin le bonheur : LA rencontre, l’amour avec un grand A, comme une évidence, lorsqu’on ne se pose plus de questions et que tout devient simple ! Mais ça, c’est ce que vous pensiez avant de rencontrer Lisa, quatre ans, la fille de votre amoureux, un vrai petit monstre...


Va vers ta peur – Voyage initiatique en Inde, de Caroline de Surany (aux éditions Marabout)

C'est l'histoire de mon switch de blogueuse mode influente à auteur inconnue à travers un road trip en moto en Inde. Attention : Si vous aimez les marinières en lin pleines de tâches de curry, lechai massala trop sucré ou les vielles anglaises qui tombent en panne tout le temps, ce roman peut vous séduire, voire vous donner des idées stupides comme tout plaquer pour partir vivre à Goa. La direction décline toute responsabilité sur les nuits sans sommeil pour le lire d'une traite et les accidents en moto en Inde ou toute reproduction partielle ou totale du parcours du livre.


Le club des érudits hallucinés de Marie-Lucie Bougon (aux éditions du Chat noir)

Quand la jeune Eugénia trouve refuge dans la maison du professeur Brussière, physicien en retraite dirigeant un petit cercle d’érudits, elle ne révèle pas immédiatement son extraordinaire nature : elle n’est pourtant autre que l’andréïde, la première femme artificielle, prodige d’une mystérieuse technologie décrite par Villiers de l’Isle-Adam dans L’Ève future. Avec l’aide du professeur et des membres du cénacle, un étudiant passionné, un dandy mélomane, un aventurier aguerri et une voyante excentrique, Eugénia part en quête des secrets de sa conception, car une question obsessionnelle occupe son esprit : une machine peut-elle posséder une âme?


L'autre chambre, de Diane Schmidt (aux éditions Envolume)

Deux femmes mises à nu dans un roman en prose. Une chambre. Deux femmes. Entre elles un homme... Deux héroïnes shakespeariennes au 21ème siècle. Marine, 36 ans, cherche un homme pour sa première nuit. Ondine, 19 ans, danse dans un bar pour gagner sa vie.

Je suis devenue une femme à trente-six ans. Avant je n’étais rien. Je n’avais pas envie. Je suis devenue une femme avec un vase, parce qu’il était à portée de main sur l’étagère de ma chambre, et qu’il était joli.

La première fois s’est faite sans lui. Je ne voulais pas qu’il parte à peine entré, à cause du fait que je n’étais pas encore une femme, à l’âge où j’aurais dû l’être. Je n’ai rien senti. Ni douleur ni plaisir. Pas de quoi en faire un plat ou un poème.


Neige de mai de Paul Renier (aux éditions Sur le fil)

Un soir, Adrien rencontre Estelle, qui disparaît peu après. Il n’aura alors de cesse de la chercher, d’apprendre à l’aimer et de la retrouver. Comment dire la parole empêchée ? La stupeur devant le bonheur éblouissant ou l’effondrement ? Cette histoire raconte la fulgurance amoureuse, le bonheur des corps, la lutte avec l’autre, avec soi, dans l’amour et la maladie, les atermoiements, les doutes et les victoires, même infimes.


Palikao 79 de Dario (aux éditions Envolume)

Mais que vient faire Caviani, l’artificier des Brigades rouges à Paris en 1979 ? Et pourquoi fréquente-t-il un certain Jacques ? Terrorisme et grand-banditisme la main dans la main ? Le Commissaire Fourrier a de quoi se faire du souci. D’autant plus qu’Ema l’a quitté. Alors Fourrier court après Caviani l’insaisissable, après la jeune Ema qui a disparu. Trois solitudes qui jouent au chat et à la souris dans un XXème arrondissement lunaire, dans une capitale sordide et pluvieuse, dans un pays qui n’a pas fini de faire le deuil de son passé algérien, ni digéré Mai 68. Il y a longtemps que Caviani et Fourrier ne se souviennent plus des idées au nom desquelles ils se battent ; ils se battent, point barre. Ema, elle, ne sait pas contre quoi elle ne se bat plus. Un roman noir qui revisite le néo-polar.


Match, de Martin Geisler (court-métrage)

Tom, 20 ans, et son ami Max, ont deux visions différentes sur la manière d'aborder une fille. Alors que Tom est secrètement attiré par Lucie, sa voisine de résidence universitaire, Max n'hésite pas à la draguer ouvertement lorsqu'il la voit pour la première fois. Le match commence.


Raymonde, d'Audrey Poux (aux éditions de Fallois)

La vie de Chloé n’a rien d’une dolce vita. Élevée par une Folcoche 2.0 et aux mains de la terrible Dominique Ferret du magazine Dolce Vita, Chloé cherche sa place dans un univers féroce et malveillant. Un matin tout bascule quand elle apprend qu’elle est licenciée, quittée et déshéritée. La jeune femme « pète un plomb » et commet l’impensable à l’égard de sa rédactrice en chef. Ce tournant radical lui donnera des ailes pour rebondir, mais rien ne se passera comme prévu…


Hâte-toi de bien vivre, de Valérie Larauze (aux éditions Mediaspaul)

Dans le smartphone de Laurène, ses parents ont retrouvé cette jolie phrase de Sénèque : « Hâte-toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie. » Une citation qui résonne un peu comme le testament de vie que la jeune fille, emportée à 23 ans par la maladie, a souhaité laisser à celles et ceux qu’elle aime. Ce livre retrace l'histoire de Laurène, la petite dernière accompagnée par sa famille pendant sept ans dans son périlleux combat contre la maladie jusqu’à son départ.

Share with friends

Date and Time

Location

Les Mots

4, Rue Dante

75005 Paris

France

View Map

Save This Event

Event Saved